facebook photogriffon

 

  William KLEIN
portrait-william-klein-copyright-patrick-swirc-modds
William KLEIN né le 19 avril 1928 à New York, est un photographe français d'origine américaine, peintre, et réalisateur de films. Il est parfois surnommé bad boy. Il vit et travaille à Paris.

copyright-patrick-swirc-modds
 

Cinecitta - Le feu rouge - Rome - 1956 © William KLEIN
Cinecitta - Le feu rouge - Rome - 1956 © William KLEIN


Je suis tombé sur une petite annonce
proposant un Leica. Le vendeur...
c'était Henri Cartier-Bresson. »



homme, scooter et la statue Cinecitta - Rome - 1956 © William KLEIN
Cinecitta - Rome - 1956 © William KLEIN


Confetti Tokyo - 1961 © William KLEIN
Confetti Tokyo - 1961 © William KLEIN




Dorothea Mcgowan en Yves St Laurent - 1962 © William KLEIN
Dorothea Mcgowan en Yves St Laurent - 1962 © William KLEIN

LES LIVRES SUR WILLIAM KLEIN
 




Fashion photography - 1960 © William KLEIN
Fashion photography - 1960 © William KLEIN


Qu'est-ce qui vous a fait bifurquer vers la photo ?
En 1953, le metteur en scène italien Giorgio Strehler, qui aimait bien mon travail,
m'avait invité à exposer mes peintures géométriques abstraites dans les couloirs de
son Piccolo Teatro de Milan. Un grand galeriste m'y a repéré et m'a invité à exposer chez lui.
C'est là qu'un jeune architecte, Angelo Mangiarotti, m'a présenté un dispositif composé
de panneaux montés sur des rails, dont les motifs géométriques pouvaient se combiner
de mille manières. Je me suis rendu compte qu'en les photographiant j'obtenais des formes
en mouvement que ne pouvait rendre la peinture. Ces photos, publiées dans Domus,
une revue d'architecture, d'art et de design, ont eu un certain succès. Un an plus tard,
Alexander Liberman, le directeur artistique de Vogue, les découvrait à Paris,
au Salon des réalités nouvelles, et m'offrait un contrat.

(Interview réalisé par Yasmine Youssi pour Télérama)

What made you branch off to the photo?
In 1953, the Italian director Giorgio Strehler, who liked my work,
invited me to present my abstract geometric paintings in the corridors
the Piccolo Teatro in Milan. A large gallery spotted me and invited me to exhibit home.
This is where a young architect, Angelo Mangiarotti, introduced me to a device made
panels mounted on rails, including geometric patterns could combine
thousand ways. I realized that I was getting photographing forms
move that could make the painting. The photos, published in Domus,
an architectural magazine, art and design, have had some success. A year later,
Alexander Liberman, art director of Vogue, discovered them in Paris,
Salon new realities, and offered me a contract.



Femme au voile - 1956 © William KLEIN
Femme au voile - 1956 © William KLEIN


Pourquoi décidez-vous de rentrer à New York, en 1954 ?
Il fallait que je montre ma femme à ma mère ! J'ai eu l'idée de faire un journal
photographique sur ce retour, pour confronter mon regard d'ex-New-Yorkais devenu
parisien à ma ville natale. Liberman trouvait que c'était une bonne idée de portfolio pour
Vogue, ce qui me garantissait une chambre d'hôtel aux frais du journal et une ligne de
crédit dans un magasin de photo. Mais, avant de partir, il me fallait un appareil. Je suis
tombé sur une petite annonce proposant un Leica et deux objectifs pour une bouchée de pain.
Le vendeur... c'était Henri Cartier-Bresson. Aujourd'hui encore, je ne comprends
toujours pas pourquoi. Moi je n'ai jamais revendu mes appareils !
Et lui, en plus, il était riche ! Reste que je suis parti à New York avec son Leica.

(Interview réalisé par Yasmine Youssi pour Télérama)

Why do you choose to return to New York in 1954?
I had to show my wife my mother! I had the idea of a newspaper
photo on the back, to confront my gaze ex-New Yorkers become
Paris in my hometown. Liberman thought it was a good idea to portfolio
Vogue, which guaranteed me a room at the expense of newspaper and online
credit in a photo shop. But before leaving, I needed a device. I am
came across an advert offering a Leica and two goals to nothing.
The seller ... it was Henri Cartier-Bresson. Even today, I do not understand
yet why. I have never sold my devices!
And he, in addition, he was rich! Still, I went to New York with his Leica.




Isabella devant L'Opéra - Paris - 1963 © William KLEIN
Isabella devant L'Opéra - Paris - 1963 © William KLEIN