facebook photogriffon

 

  Eugène ATGET

portrait de Eugène ATGET - BNF
Jean Eugène Auguste ATGET, né le 12 février 1857 à Libourne et mort le 4 août 1927 (à 70 ans) à Paris) est un photographe français. Il est principalement connu pour ses photographies documentaires sur le Paris de la fin du XIXe et du début du XXe siècle.

(Photo : Portrait d'Eugène Atget réalisé par un photographe anonyme vers 1890).
 

08--cour-du-dragon-Paris-Eugene-Atget
08-- Cour du Dragon - Paris © Copyright Eugène ATGET / BNF


09--Boutique-26-rue-sainte-foy-Paris-Eugene-Atget
09-- Boutique au 26 rue Sainte Foy - Paris © Copyright Eugène ATGET / BNF


10-- Chiffonniers dans un immeuble - Porte d'Asnieres - Cité Valmy - Paris - 1913 © Copyright Eugène ATGET / BNF
10-- Chiffonniers dans un immeuble - Porte d'Asnieres - Cité Valmy - Paris - 1913 © Copyright Eugène ATGET / BNF


11--cour-7-rue-de-valence-Paris-Eugene-Atget
11-- Cour, 7 rue de Valence - Paris © Copyright Eugène ATGET / BNF


Les débuts de la photographie (1890 - 1910)
Eugène Atget commence la photographie dans la Somme aux alentours de l'année 1888. Dès 1890, il revient à Paris où il s'installe comme photographe professionnel voulant, d'après l'inscription sur sa porte (au 5, rue de la Pitié), produire des “Documents pour artistes”. Une annonce à caractère commercial datée du mois de février 1892 décrit son travail en ces termes : “Paysages, animaux, fleurs, monuments, documents, premiers plans pour artistes, reproductions de tableaux, déplacements. Collection n'étant pas dans le commerce.” Dès 1897, à une époque où la sauvegarde du vieux Paris devient une cause défendue par un nombre croissant d’historiens et gens de lettres, Atget commence à photographier les quartiers anciens de la capitale. Il entreprend aussi de décrire la vie quotidienne de ces quartiers et, en particulier, de représenter les petits métiers condamnés par le nouveau développement du
commerce des grands magasins. Habitué à produire des premiers plans qu'il exécute pour les artistes peintres et dessinateurs, Atget s'attarde à partir de 1901 sur des détails décoratifs de l'architecture ancienne, tels les heurtoirs de portes, des pièces forgées ou encore des éléments sculpturaux qu'il regroupera dans une série intitulée Art dans le vieux Paris. Après quelques succès commerciaux (il commence à vendre aux institutions publiques dès 1898), Atget va développer son travail sur les cours, les escaliers, les églises et les hôtels particuliers, bref, tout ce qui à ses yeux présente un intérêt artistique et historique dans Paris. Le photographe élargit aussi son champ d’investigation aux environs de Paris comme Versailles, Sceaux, Saint-Cloud et la banlieue proche.



12--Eclipse-1912-Paris-Eugene-Atget
12-- Eclipse en 1912 - Paris © Copyright Eugène ATGET / BNF


14-- Rue de Seine - Paris © Copyright Eugène ATGET / BNF
13-- Rue de Seine - Paris © Copyright Eugène ATGET / BNF


La maturité (1910 - 1927)
À partir de l'année 1910, Atget envisage son travail d'une manière plus construite et afin de donner un sens général à son œuvre
déjà bien avancée. Dans ce but, il commence à regrouper des séries ou sous-séries sous la forme d'albums de confection artisanale
(L'Art dans le vieux Paris, Intérieurs parisiens, La Voiture à Paris, Métiers, boutiques et étalages de Paris, Enseignes et vieilles boutiques
de Paris, Zoniers, Fortifications). En pratique, ces albums lui permettaient de présenter son travail à ses clients. Ceux-ci choisissaient
des épreuves que le photographe remplaçait au fur et à mesure des ventes. Au-delà de l'aspect fonctionnel, Atget espérait éditer
ces albums comme les primitifs de la photographie l'avaient déjà fait avant lui. Atget se définissait d'ailleurs lui-même comme un
“auteur-éditeur d'un recueil photographique du vieux Paris”. Ses projets d'édition ne verront jamais le jour, mais L'Art dans le vieux Paris
est, à ce titre, un exemple accompli en matière de mise en page. Quand la guerre éclate en 1914, Atget ne prend presque plus
de photographies et consacre son temps à l'organisation et au classement de son œuvre. En 1920, se voyant vieillir, il s'inquiète
du sort de son immense production (plus de huit mille clichés à la fin de sa vie) et engage une démarche auprès de Paul Léon, directeur
des Beaux-Arts en lui proposant l'achat de sa collection sur L'Art dans le vieux Paris et Le Paris pittoresque (2 621 négatifs). Il écrit :
“Marchant vers l'âge, c'est-à-dire vers 70 ans, n'ayant après moi ni héritier, ni successeur, je suis inquiet et tourmenté sur l'avenir de
cette belle collection de clichés qui peut tomber dans des mains n'en connaissant pas la valeur et finalement disparaître, sans profits pour personne.”
Durant la dernière période de sa vie, Atget photographie peu, mais développe avec ses séries des parcs et des vitrines un style tout à fait original.



14--rue-de-seine-Paris-Eugene-Atget.jpg
14-- Rue de Seine - Paris © Copyright Eugène ATGET / BNF






Les yachts les plus luxueux
et gigantesques du monde


Publicitées incroyables
des années 1920-1950
Ce requin pélerin pourrait
vous avaler d'un coup !
Publicitées de voitures
vraiment belles

Sacha Goldberger vous
dévoile ses talents

Les meilleures campagnes
de PUB de WWF
Alain Delon acteur mythique
avec ses plus belles photos
Des images 3D et CGI
de toutes beauté

Gérard Lanvin, acteur direct
qui ne mâche pas ses mots

Ces acteurs et actrices
ont tous un grain de folie !
Sylvester Stallone,
ses plus belles photos
Les USA en 1920,
des photos rarissimes